Pourquoi les avocats portent-ils des robes ?


La robe d’avocat est un costume professionnel dont le port a été rendu obligatoire par la loi 71-1130 du 31 décembre 1971. On est alors en droit de se demander d’où vient cette tradition ? Je vous explique tout dans cet article.

La robe d’avocat tire son origine de la soutane religieuse. Initialement, les avocats étaient en effet essentiellement des membres du clergé, qui lorsqu’ils plaidaient, portaient une soutane de couleur noire. De cette origine religieuse, la robe a conservé les 33 boutons symbolisant l’âge du Christ à sa mort.

Cette robe a évolué au fil des ans. Aujourd’hui, la traîne, symbole de puissance qui impliquait une prise de distance avec l’Homme de loi au Moyen-âge, est repliée par souci de modestie. Au lendemain de la Révolution française, le port du costume, assimilé au pouvoir royal, fut supprimé. Il fut ensuite rétabli sous Napoléon.

Mais il n’y a pas que la robe, ou plutôt la toge, qui fasse partie de la tenue traditionnelle de l’avocat. Il faut y ajouter l’épitoge, une bande de tissu semblable à une écharpe qui se porte sur l’épaule gauche. Les avocats parisiens portent cette épitoge sans fourrure, contrairement à leurs confrères provinciaux. L’origine de la perte de ce rang d’hermine des avocats parisiens semble remonter à la période de la Révolution. En effet ils auraient décidé de la couper pour porter le deuil de Malesherbes, un des avocats de Louis XVI, qui fut décapité pour avoir défendu son Roi.

Cette épitoge répond elle aussi à un certain nombre de codes : les avocats et les magistrats du tribunal de grande instance doivent porter une épitoge herminée de couleur noire, tandis que les magistrats des cours d’appel et de la Cour de cassation portent une épitoge rouge.

Pour les magistrats, la loi prévoit en plus le port d’une toque ainsi que la ceinture et des gants blancs pour toutes les audiences solennelles, exception faite des cours d’assises. Pour autant, aujourd’hui, la toque n’est plus utilisée et ce nom reste attribué à la boîte aux lettres dans laquelle l’avocat reçoit son courrier professionnel.

Aujourd’hui symbole public d’autorité qui s’attache à l’exercice de la justice, elle assure une égalité d’apparence entre les membres du barreau, et donc l’égalité de tous face à la justice. Il en est de même dans d’autres pays comme la Belgique, la Suisse ou encore l’Italie. Pour les « barristers » d’Angleterre, il est encore obligatoire de porter une toge mais également une perruque, qui tend à disparaitre malgré tout. Aux États-Unis, un avocat se présente devant le juge en costume de ville.

Le port de la robe est prescrit seulement pendant l’exercice de la fonction, ou lors de manifestations particulières. Il est formellement interdit de recevoir un client ou de rentrer chez soi vêtu de sa robe d’audience.

Saviez-vous enfin que selon une croyance, les avocats n’ont que 3 robes dans leur vie : la première avec laquelle on prête serment, la seconde avec laquelle on officie, et la troisième dans laquelle… on meurt ! Pour conjurer le sort, certains commandent leur troisième robe avec une quatrième…

Alors, superstition ou non, la robe noire n’a pas fini de nous faire rêver !

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s