Pourquoi je ne dors pas quand c’est pleine lune ?


Depuis des millénaires, la pleine lune a la réputation d’avoir un effet sur notre organisme. Plus d’accouchements dans les maternités, énervement, fatigue, voire dans l’imaginaire collectif transformation en loups-garous…

Mais pourquoi la lune a-t-elle autant de « pouvoir » sur nos vies ?

Quel est son effet réel, en dehors des croyances profondes qui nous affectent ?

De plus en plus d’études tendent à prouver que la lune ronde à une vraie influence sur notre sommeil.

En moyenne les jours de pleine lune, nous mettons cinq minutes de plus à nous endormir. Notre temps total de sommeil est réduit de vingt minutes. Notre taux de mélatonine, l’hormone du sommeil, est largement plus bas que les autres nuits. Enfin, les électroencéphalogrammes montrent une baisse de 30% de l’activité cérébrale pour les ondes delta, émises lors du sommeil profond, ce qui est caractéristique d’une mauvaise qualité de sommeil.

Comment la lune peut-elle influencer notre sommeil ?

Les scientifiques rejettent les effets de la gravitation sur le corps humain. En effet, si sa variation au cours du cycle lunaire affecte les marées des océans, elle n’agit que de façon très infime sur les petits volumes comme les lacs, explique l’étude.

De la même façon, la variation du champ magnétique ne peut pas être retenue, car elle est très très faible.

Reste donc pour les chercheurs une piste assez plausible : l’existence d’une horloge interne circalunaire, comparable à l’horloge circadienne qui rythme nos activités biologiques diurnes.

On sait en effet depuis longtemps que notre organisme, et donc tous les processus biochimiques et physiologiques qui l’animent, fonctionnent selon un rythme circadien, une sorte d’horloge interne d’une durée de 24 heures, qui est influencée notamment par la lumière du jour.

Les spécialistes pensent qu’il existerait de la même manière un rythme similaire influencé, lui, par la lumière nocturne.

« Cette piste repose sur des données de biologie animale, car certaines espèces, comme les iguanes marins des Galapagos, ont des rythmes mensuels circalunaires. Rien ne dit que cette horloge existe chez d’autres animaux que les reptiles. Mais c’est une hypothèse solide », explique le docteur Claude Gronfier, chronobiologiste à l’Inserm.

Selon les scientifiques, ce rythme circalunaire pourrait être le vestige de temps plus anciens où la Lune aurait influencé les comportements, comme la reproduction par exemple.

Toutefois, l’hypothèse reste à confirmer et les spécialistes soulignent tout de même l’influence de la psychologie dans l’impact de la pleine Lune sur le sommeil.

pleine lune 3

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s