Mangerons-nous tous des insectes demain ?


Que ce soit à Grillon en Moselle, à Dole dans le Jura, ou dans l’Ain, les fermes d’élevage d’insectes comestibles sortent de terre en France depuis quelques années, entre deux champs de blé. L’élevage de poules, vaches et chevaux a laissé la place à des exploitations de scarabées, de vers de farine, de criquets ou encore de grillons.

Tous ces insectes sont destinés à l’alimentation animale mais également humaine. On appelle le fait de manger des insectes l’entomophagie, pratique qui reste encore peu utilisée dans nos contrées occidentales, mais qui, pratiquée par 2,5 milliards d’êtres humains au quotidien, n’en est pas à ses balbutiements.

Consommés depuis des milliers d’années, les insectes sont cuisinés et dégustés sur de nombreux continents, comme l’Afrique, l’Amérique du Sud, l’Australie ou l’Indonésie. Car là où la viande est onéreuse et rare dans les assiettes, les insectes constituent une source excellente en protéines et vitamines pour sortir de la malnutrition. En Chine, on construit des usines d’insectes uniquement destinées à la consommation humaine pour nourrir les chinois friands de vers de bambou ou de larves séchées. Et il n’est pas rare dans les marchés thaïlandais, de voir sur les étals des nids de guêpes dont les larves, une fois retirées des alvéoles, seront dégustées cuites.

élevage insectes2.PNG

Dans nos pays, le rejet psychologique est plus fort, l’insecte étant encore perçu comme sale et porteur de germes. Pourtant, nous mangeons à notre insu près de 500 grammes d’insectes par an et par personne, une partie des fruits, légumes, et soupes en briques et autres confitures étant régulièrement contaminée par les vers.

Les avantages d’élever des insectes pour les consommer sont nombreux :

  1.  Ils représentent une option possible à une diversification alimentaire. Les insectes comestibles ont un niveau de protéines équivalent, voire supérieur selon les espèces, à celui d’une pièce de bœuf. Les insectes comestibles sont composés de nutriments essentiels au corps humain, comme protéines, fer, zinc, oméga 3, vitamines B12…
  2.  Ils respectent la planète. La demande mondiale en animaux d’élevage va plus que doubler au cours des 50 prochaines années (elle devrait passer de 229 millions de tonnes en 2001 à 465 millions de tonnes en 2050), tandis que la production animale occupe déjà 70% de l’ensemble des terres agricoles. Le secteur de l’élevage animal contribue très largement aux émissions de gaz à effet de serre comme le CO2, le CH4 et le N2O. Il utilise également 8% des réserves d’eau mondiales et la plupart des cultures fourragères et l’irrigation des terres de pâturage. C’est l’un des principaux facteurs de déforestation et un acteur majeur de perte de la biodiversité en Europe. Les élevage d’insectes ne demandent que deux kilos de végétaux pour produire un kilo de petites bêtes, contre huit kilos de végétaux pour assurer la production d’un kilo de viande de bœuf.

élevage insectes.PNG3. Ils prennent moins de place qu’un élevage traditionnel. Un élevage d’insectes représente entre 1000 et 3000 mètres carrés d’exploitation, et peut se faire de manière verticale, avec une production rapide de millions de spécimens. A comparer avec les hectares entiers nécessaires à l’élevage bovin qui ne fait que quelques petits par an…

élevage insectes Micronutris
Ferme d’élevage d’insectes Micronutris en Midi-Pyrénées

4. Ils coûtent beaucoup moins cher. Dans de nombreux cas, les insectes peuvent être élevés à partir de déchets organiques. Par ailleurs, le rendement en viande après la transformation est beaucoup plus élevé pour les insectes (criquets par exemple 80%) que pour la viande bovine (55%), le porc (70%) ou l’agneau (35%).

5. Ils nous apportent une alimentation plus saine, puisque les protéines issues des insectes sont moins susceptibles de provoquer des maladies chez l’Homme, que celles provenant de l’élevage traditionnelle.

 

Moins de nourriture, moins d’espace, moins de pollution, moins d’eau. L’élevage d’insectes apporte moins de contraintes à notre planète qui est plus que jamais à préserver. Cette filière est considérée comme étant une solution incontournable pour assurer la nourriture de l’humanité dans l’avenir et pour une éventuelle colonisation spatiale… D’autant qu’il existe à peu près 1400 espèces d’insectes comestibles. On a un peu de marge avant que la filière soit épuisée !

élevage-insectes-france-monde

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s