La Chine à la conquête du Foot mondial


Le président Xi Jinping ne cache pas son rêve de faire de la Chine une superpuissance du football à l’horizon 2050. A l’intérieur comme à l’extérieur de ses frontières, le gouvernement chinois a élaboré un plan audacieux à long terme afin de produire une équipe nationale capable de remporter la Coupe du monde à échéance 2050.

Le pays le plus peuplé au monde n’est pour le moment classé que 78e au classement international de la Fifa. L’équipe des Dragons n’a disputé qu’un seul Mondial en 2002, édition au cours de laquelle elle a perdu tous ses matchs ! Mais les responsables chinois, sous l’impulsion de leur président mordu de ballon rond depuis l’enfance, se sont fixés comme objectif de devenir une grande puissance du football mondial en produisant 50 millions de joueurs professionnels par an à l’horizon 2050, date à laquelle ils se voient sur le podium.

Les moyens déployés sont à la hauteur des ambitions :

Les autorités chinoises ont ordonné la construction de 20.000 académies de football et de 70.000 terrains d’ici à 2020. Certaines écoles combinent l’apprentissage des arts martiaux en plus du football, pour apporter de la souplesse aux joueurs. 30 millions de joueurs devront être des élèves du primaire et du collège, où la pratique du football est désormais obligatoire. 10 000 écoles de foot existent en Chine aujourd’hui, et il y en aura 50 000 en 2030.

Les autorités souhaitent que la « Chinese Super League » compte deux ou trois clubs au rayonnement international d’ici à cinq ans. Les clubs commencent donc à débourser des sommes faramineuses pour se payer les meilleurs joueurs et des entraineurs de renoms (420 millions d’Euros en 2016). Les transferts récents concernent par exemple Hulk – international brésilien, Pellè – international italien, ou encore Luiz Felipe Scolari – ex-sélectionneur du Brésil et champion du monde en 2002. Même si les clubs chinois ne peuvent recruter que quatre joueurs étrangers, et que le gardien doit être impérativement chinois, ils espèrent ainsi faire progresser leurs joueurs locaux en les faisant jouer et s’entraîner avec des sportifs habitués au très haut niveau.

En parallèle, on voit de plus en plus d’industriels chinois prendre des parts dans les clubs étrangers partout en Europe. En janvier, le groupe Ledman est devenu le sponsor principal de la deuxième division portugaise, et L’Inter Milan et le Milan AC ont aussi achetés l’été dernier par de grands groupes chinois. Et PPTV, géant chinois du streaming en ligne, vient de racheter les droits de diffusion de la Premier League dans le pays pour 800 millions d’euros.

Le football chinois pèserait en 2025 près de 850 milliards de dollars, contribuant fortement au développement de l’économie. Mais les considérations géopolitiques ne sont pas non plus absentes des ambitions footballistiques du Président Jinping, qui sait qu’au travers du développement de ce sport, il pourra affirmer la place de la Chine à la table des grandes puissances internationales.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s