Des vaches au pied marin


A Rotterdam, le plus grand port d’Europe, une ferme d’élevage d’un nouveau genre va bientôt voir le jour : Sur une plateforme de 1000 m2 en plein milieu du port, 40 vaches de race Montbéliarde pourront respirer le grand air, se nourrir d’épluchures des légumes venant des restaurant alentour, et fouler du gazon recyclé.

L’enjeu est de produire au plus près des consommateurs, évitant ainsi l’érosion de nos ressources naturelles, la pollution, et les frais de transport de marchandises. Peter van Wingerden, un ingénieur de l’entreprise immobilière néerlandaise Beladon qui lance le projet, a eu l’idée de ce concept lors d’un séjour à New York en 2012, après le passage de l’ouragan Sandy. « Les transports étaient complètement bloqués par les inondations et, au bout de deux jours, on ne trouvait plus aucun produit frais dans les magasins », rapporte l’ingénieur. « Je me suis dit : pourquoi ne pas produire la nourriture directement sur place sur une plateforme flottante résiliente aux aléas climatiques ? ».

ferme vaches flottantes

La ferme s’inscrira pleinement dans l’économie circulaire et écologique de Rotterdam. 80% de la nourriture des vaches proviendra de déchets industriels de la ville : pelouse tondue des stades et des terrains de golf, pelures de pommes de terre des restaurants environnants ou sous-produits des brasseries locales. Le reste de la nourriture sera produit sur place dans une serre high-tech au premier niveau. On y fera notamment pousser des lentilles d’eau, à croissance rapide et riches en protéines, ainsi que d’autres fourrages (trèfles, herbe et luzerne). Le fumier des vaches sera récupéré pour faire de l’engrais, tout comme l’eau de pluie. Tout ou presque sera automatisé : des mini-wagons apporteront la nourriture aux vaches, dont la traite sera assurée par des robots; les panneaux solaires sur le toit permettront d’atteindre l’autonomie énergétique. En tout, seulement trois personnes seront nécessaires pour gérer l’ensemble.

En rythme de « croisière », l’exploitation produira 800 litres de lait par jour, et le transformera sur place en fromage, crème et yaourts de manière également robotisée. Elle ouvrira ses portes à la fin de l’année.

On sait qu’en 2050, 70% de la population mondiale devrait vivre en ville, contre 55% aujourd’hui. Les municipalités tentent donc de rapprocher les lieux de production du consommateur afin de réduire le transport et la pollution. La Haye, également aux Pays-Bas, dispose déjà de la plus grande ferme urbaine d’Europe, avec ses 1.200 m² de concombres, tomates ou aubergines et son bassin de 370 m² de poissons. La start-up Cultivate ouvrira en 2019 une ferme urbaine de 7.000 m² dans  le 18e arrondissement de Paris. Après les vaches, Beladon poursuivre également sur cette voie, et lancera une basse-cour flottante pour l’élevage de poulets.

En espérant que tous ces animaux n’aient pas le mal de mer !

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s