Le code de Hammurabi, roi de Babylone


Le Code d’Hammurabi est l’une des plus anciennes lois écrites trouvées. Elle fut réalisée sur l’initiative du roi de Babylone, Hammurabi, vers 1730 avant Jésus Christ.

Hammurabi (1810–1750 av. J.-C.) était un administrateur compétent, un diplomate adroit et un impérialiste avisé. Dès l’accession au trône de Babylone à la mort de son père, il publie une proclamation pardonnant les dettes de son peuple et renforce sa popularité en rénovant pieusement les sanctuaires des dieux. Grâce à de nombreuses campagnes militaires, il étend le contrôle de Babylone sur la Mésopotamie. Son règne est l’un des plus longs de l’antiquité du Proche-Orient et l’un des plus prestigieux par l’ampleur de son œuvre politique.

Mais Hammurabi est surtout connu pour les réformes administratives et morales qu’il a promulguées. Ces lois, il les fait graver sur une stèle de basalte de plus de 2 mètres de haut, qu’il place au milieu du temple de Shamash (divinité de la justice) dans la ville de Sippar.

S’il ne s’agit pas vraiment du premier code de lois de la Mésopotamie antique, c’est le plus important : plus de 3.500 lignes sont gravées au dos du monument. Ce texte, rédigé en écriture cunéiforme et en langue akkadienne, est divisé en trois parties :

  • Une introduction historique, dans la plus grande tradition des inscriptions royales mésopotamiennes, qui détaille les hauts faits du roi Hammurabi, ses grandes qualités, et les motivations qui l’ont fait graver ses décisions de justice sur cette stèle : faire en sorte que « le fort n’opprime pas le faible ».
  • Un épilogue lyrique résumant son œuvre de justice et son prestigieux règne
  • Et au milieu, 282 articles de lois traitant de questions pénales et civiles concernant la famille, le meurtre, le mariage, les accords commerciaux ou encore l’esclavage.
code Hammurabi
La stèle de basalte, conservée au Musée du Louvre à Paris

Remarquable par son contenu juridique qui est davantage un ensemble de textes de jurisprudence que de lois, ce texte est une source exceptionnelle de connaissances de la société, de la religion, de l’économie et de l’histoire de cette époque.

Malgré leur volonté d’être éclairantes, les lois du Code peuvent nous paraitre aujourd’hui très sévères et même dérangeantes. La fameuse maxime «œil pour un œil et dent pour dent» prône la vengeance. De même, les lois sont différentes selon les différentes classes sociales et les sexes. Le code ne reconnaît par exemple de pouvoir qu’aux hommes, qui sont les chefs de famille. Ils peuvent vendre leurs épouses et leurs enfants pour payer leurs dettes, ou avoir des relations sexuelles avec des esclaves, des prostituées, ou des concubines. En cas d’adultère, les femmes sont quant à elles promises à la noyade. L’esclavage, enfin, est un droit reconnu et encouragé.

A l’inverse, certaines lois sont relativement progressives, comme celles traitant de divorce, de droit de propriété et d’interdiction de l’inceste. Le code instaure aussi un salaire minimum qui dote différentes professions de compensations obligatoires. Par exemple, les ouvriers agricoles et les gardiens de troupeaux devaient être payés en nature au moins «huit gourdes de maïs par an», tandis que les conducteurs de bœufs et les marins devaient payer «six gourdes de maïs par an». Le statut de médecin est beaucoup plus élevé, avec une indemnité financière minimale de cinq shekels pour la guérison d’un homme libre, bien que cette charge ait été réduite à trois « shekels » pour un esclave affranchi et à deux « shekels » pour un esclave. Une autre idée intéressante est la présomption d’innocence, idée qui a influencé nombre de précédents juridiques établis de nos jours.

Le Code de Hammurabi est l’un des premiers écrits à promulguer les règles de conduite pour tout un empire. Malgré les inégalités qu’il renferme, il influencera ce qui est dicte les lois pendant des siècles. Il servit de modèle littéraire pour les écoles de scribe qui le recopièrent pendant plus de 1000 ans. Hammurabi compte parmi les 23 législateurs figurant sur un bas-relief dans la chambre des représentants des États-Unis.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s