Jeff Bezos vise la conquête spatiale en dévoilant son alunisseur


La semaine dernière à Washington (USA), Jeff Bezos, le patron d’Amazon et de la société spatiale Blue Origin, a confirmé qu’il entendait participer à la nouvelle conquête de la Lune, en présentant un projet d’alunisseur dénommé Blue Moon. Cet engin, destiné à voyager sur la Lune, pourrait embarquer quatre véhicules autonomes et servir au retour d’astronautes américains d’ici 2024. Dans une présentation qui a duré plus d’une heure, il a également exposé sa vision de la conquête spatiale.
Ce projet est en cours de développement depuis trois ans. Blue Origin a été créée en 2000, deux ans avant qu’Elon Musk ne fonde SpaceX. Mais la société a très peu fait parler d’elle pendant dix ans, avant que l’une de ses fusées ne s’écrase lors d’un essai en 2011. Elle a ensuite réalisé plusieurs autres tests et s’est positionnée sur le lancement de satellites, avant d’affirmer que les premiers vols habités auraient lieu cette année. En tout cas, elle ne manque pas de financement : Jeff Bezoz y injecte plus d’un milliard de dollars par an.

« Nous voulons construire une route vers l’espace. Des choses extraordinaires arriveront alors », a notamment déclaré Jeff Bezos.

Blue Moon pourra emmener des instruments scientifiques, quatre petits rovers, mais aussi un futur véhicule pressurisé pour humains. Le but est d’alunir au pôle sud de la Lune, où se trouve de l’eau glacée qui servirait une fois exploitée, à produire de l’hydrogène, carburant nécessaire pour ravitailler l’engin et poursuivre son exploration du système solaire.

Car Jeff Bezos ne se fixe aucune limite et imagine des colonies spatiales de plusieurs millions de personnes, dans plusieurs générations.

En parallèle de Blue Moon, la société travaille sur des lanceurs. La grosse fusée (la « New Glenn« ) sera prête en 2021. La petite fusée (la « New Shepard« , destinée à de courts voyages d’une dizaine de minutes juste au-dessus de la frontière de l’espace à 100 km d’altitude), emmènera des humains pour la première fois cette année.

Cette annonce arrive à point nommé pour aider la Maison-Blanche à remplir ses objectifs, l’administration Trump ayant récemment affirmé qu’elle voulait  renvoyer des hommes sur la Lune à horizon 2024. Jeff Bezos a en effet déclaré que son alunisseur serait prêt pour cette date : « Nous pouvons aider à tenir ce délai, mais seulement parce que nous avons commencé il y a trois ans ».

La Nasa, de son côté, a pris du retard dans le développement de ses engins, cette mission étant initialement prévue pour 2028. Elle doit finir de travailler sur la puissante fusée (SLS) qui doit transporter les véhicules et astronautes, la mini-station qui servira de relais en orbite lunaire, et l’alunisseur et les rovers dont auront besoin les astronautes. Elle a donc accepté le principe d’une collaboration avec des entreprises privées, même si les experts restent sceptiques sur la possibilité de tenir les délais.

« Il est temps de retourner sur la Lune, mais cette fois pour y rester ».

blue Moon 2

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s