Connaissez-vous CIMON, le petit compagnon-robot des astronautes ?


La station spatiale I.S.S. accueille depuis juin dernier un 7ème passager, du nom de CIMON. Mais CIMON n’est pas un astronaute comme les autres : il a été imprimé en 3D, ressemble à un gros ballon de 5 kg, est bardé de microphones et de caméras, et possède un visage numérique expressif. C‘est un robot compagnon, doté d’Intelligence Artificielle. Son nom signifie d’ailleurs « Crew Interactive Mobile Companion ». Il a été développé par Airbus en partenariat avec l’ISA et IBM, qui fournit sa technologie d’apprentissage machine Watson, l’Intelligence Artificielle qui a battu Jeopardy en 2011.

Ce petit robot est l’un des plus évolués du moment, car contrairement à la plupart des IA sur le marché, il possède sa propre personnalité. Il sait de fait détecter les émotions de son interlocuteur et montrer en retour, de la sensibilité. Il est ainsi capable de s’adapter, en baissant son ton de voix par exemple si le niveau sonore est bas, mais de rire d’une blague ou se mettre en colère.

CIMON émotions
Cimon se mettant en colère quand on lui demande d’éteindre sa musique préférée…

Sa mission sur ISS : Faciliter le travail des astronautes dans la réalisation de leurs tâches routinières, en affichant les procédures, en solutionnant des problèmes ou en servant d’alerte, mais aussi dialoguer et interagir avec les membres de l’équipage, comme tout autre collègue de travail.

Alexander Gerst (astronaute allemand et commandant de la mission Horizons), est son « tuteur » depuis son arrivée sur ISS en juin 2018. L’équipe de développement de CIMON a formé le robot à reconnaître la voix de Gerst via des microphones, et son visage à l’aide de caméras.  En orbite, la machine suit Gerst comme un chiot, grâce à son système de propulsion pneumatique qui lui permet de se déplacer seul dans l’habitacle. Ses ventilateurs contribuent à son équilibre dans l’environnement sans gravité de la station. Relié à Internet via Airbus en Allemagne, le robot utilise un réseau de neurones pour interagir avec Gerst et en tirer des enseignements, car comme toute IA, il apprend au fur et à mesure de son utilisation.

Cimon et Alexander
CIMON et Alexander en pleine conversation sur ISS

Car CIMON surveille aussi Gerst, afin d’aider à évaluer son état émotionnel et les « effets de groupe psychologiques » avec les autres membres de l’équipage. Il analyse en continu leur état d’esprit et leurs émotions pour évaluer s’ils sont soumis à un stress particulier. Les données recueillies doivent ainsi éclairer la programmation des futurs assistants robotiques, qui seraient mis à disposition des équipages pour alléger l’ennui des longs voyages vers la Lune ou Mars. « Les interactions sociales entre les personnes et les machines, entre les astronautes et les systèmes d’assistance dotés d’une intelligence émotionnelle, pourraient jouer un rôle important dans le succès des missions à long terme », a déclaré Airbus.

Car demain, de plus en plus de vols habités devraient voir le jour. Plus près de nous, CIMON pourrait également trouver des applications futures sur la Terre, dans les hôpitaux et les services sociaux par exemple.