Les oiseaux dorment-ils en volant ?


Le sommeil des oiseaux est très mystérieux. La plupart d’entre eux dorment quand ils sont posés, que ce soit sur une branche ou sur l’eau, et souvent par petites tranches d’assez courte durée. Quant aux oiseaux migrateurs, qui restent parfois en vol plusieurs mois, on a démontré récemment qu’ils pouvaient dormir en volant. Mais comment font-ils ?

Une grande partie des espèces d’oiseaux dorment la nuit, comme l’Homme. A part pour les espèces nocturnes, comme le grand-duc d’Europe, une fois le soleil couché, les oiseaux dorment perchés ou sur le sol. On peut les observer se regrouper à la tombée de la nuit, pour trouver un nichoir, similaire à leur lieu de nidification.

Ce n’est pas le cas des oiseaux migrateurs, qui sont capables de voyager pendant des semaines entières sans se poser. Leur secret : ils dorment en vol.

Une étude, réalisée en 2016 par une équipe internationale de chercheurs, a apporté la preuve que certains oiseaux peuvent faire la sieste tout en planant. Pour être capable de rester en l’air pendant des jours, des semaines, voire des mois consécutifs, ils ont développé la capacité de dormir pendant le vol en rentrant dans un sommeil unihémisphérique, qui permet à une moitié du cerveau de se reposer alors que l’autre reste active.

En fait, c’est exactement ce que font les dauphins pour ne pas couler, ou les crocodiles qui ne dorment que d’un œil. Cela permet à un animal de se reposer en restant conscient de son environnement et de ses dangers.

frégate
Frégate en vol. Leur vol peut durer pendant 3 mois sans se poser

Pour l’expérience, les chercheurs ont étudié des Frégates superbes, une espèce d’oiseaux qui font leurs nids dans les îles Galapagos. Ces oiseaux passent souvent des semaines entières en vol au dessus des océans, à la recherche de proies. Ils peuvent parcourir jusqu’à 3.000 kilomètres sans s’arrêter.

Pour leur étude, les scientifiques ont installé sur le cou des frégates un petit appareil capable de réaliser un électroencéphalographie de l’activité du cerveau, tout en vérifiant les mouvements de leur tête, et ce juste avant leur départ en migration.

Les données des appareils ont permis de déterminer que la frégate restait éveillée pendant la journée, mais quelle rentrait dans une phase de sommeil profond pouvant durer  plusieurs minutes au coucher du soleil, pendant le “mode vol” par opposition au “mode de recherche active de nourriture”. Ces phases de sommeils se produisent indifféremment dans un hémisphère, ou dans les deux. Ainsi ces oiseaux n’ont pas besoin d’être éveillés pour garder le contrôle de leur trajectoire.

La durée du sommeil des frégates en vol est en moyenne de moins d’une heure par jour (42 minutes précisément dans l’étude), par tranches de quelques micro-siestes. Mais après sa longue migration qui peut durer 3 mois sans toucher le sol, une fois revenu sur la terre ferme, l’oiseau peut dormir durant 12 heures d’affilée.

Un autre oiseau qui semble pouvoir dormir en vol, est le martinet noir, bien qu’aucune étude n’ait été faite encore à ce jour pour le démontrer. Ce petit oiseau est également migrateur, car il quitte l’Afrique équatoriale à la fin de l’hiver pour couvrir, jusqu’à la fin de l’été, une grande partie de l’Eurasie.

Le martinet noir a un handicap de taille : ses pattes sont si petites, qu’elles ne lui permettent pas d’initier son vol depuis le sol. Ce qui l’oblige à percher en altitude, pour se laisser tomber pour amorcer son vol, profitant de la vitesse de chute.

De fait, les martinets sont constamment dans les airs. Ils ne se posent que pendant la phase de nidification, pour couver leurs œufs et s’occuper des bébés. Les juvéniles, une fois sortis du nid, passent deux ans en vol constant sans se poser. La nuit, les oiseaux se regroupent et « dorment » en volant en cercle, jouant avec les inversions de température pour se laisser planer.

Et les autres oiseaux ?

Les canards, les oies et les cygnes dorment en flottant sur l’eau. Lorsque les eaux sont gelées, ils passent la nuit sur la glace ou le long des berges. Les hérons, comme les flamants roses et les aigrettes, se tiennent debout dans l’eau, la plupart du temps sur une patte.

Les corbeaux, les étourneaux et les moineaux passent la nuit en groupe. Ils se rassemblent le soir et se posent dans des parcs sur des arbres ou dans des buissons.

Les pies se reposent dans des cavités, de même que les rouges-gorges et les mésanges, qui aiment passer la nuit dans les buissons ou les nichoirs, voire dans les caissons des stores. Les merles ne sont pas très sélectifs, ils dorment dans les haies, les buissons ou les arbres. Les oiseaux de proie préfèrent quant à eux les grands arbres.