La France investit massivement à l’étranger, et particulièrement en Inde


Depuis de grandes ou petites infrastructures d’énergie, en passant par des usines de produits chimiques ou de médicaments et des lignes de production de biens d’équipements, la France poursuit ses investissements à l’international. En 2019, elle se situe au 5ème rang mondial pour les investissements directs à l’étranger (IDE) derrière les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Allemagne et la Chine. Pas moins de 2500 groupes français possèdent une filiale à l’étranger ou un joint-venture avec une entreprise locale.

Petit tour du monde des pays dans lesquels nos industriels français ont prévu d’investir en 2019 et en 2020.

Les Investissements Directs a l’Etranger (IDE) sont des éléments moteurs de l’internationalisation des entreprises. Ils permettent avant tout de réduire les coûts grâce à l’utilisation de main d’œuvre moins onéreuse ou à l’exploitation de ressources naturelles difficiles à transporter, mais aussi surtout de conquérir de nouveaux marchés. Coté pays d’accueil, ils permettent des transferts de technologie et une dynamisation des emplois. En progression très importante depuis le milieu des années 1980, ils constituent un facteur important de la mondialisation.

Le secteur le plus dynamique dans l’ouverture d’IDE à l’étranger est celui de l’énergie, avec un cap clairement mis sur l’Asie du Sud-Est et particulièrement en Inde, délaissant la Chine. Un projet sur 4 à l’étranger concerne l’énergie, et un projet sur 2 dans ce secteur est prévu en Inde en 2019. Les projets emblématiques sont la nouvelle implantation de Safran Electrical & Power à Hyderabad, la joint-venture de Thales avec Reliance pour le Rafale à Dehli, ou encore la création d’une filiale à Bombay par Paprec dans la gestion des déchets.

Le deuxième secteur à forts investissements en Inde est la chimie : On retrouve des projets de créations d’unités de production de gaz d’Air Liquide, d’usines de caoutchouc Michelin, et même de petites entreprises comme la société de sirops Monin. Le pays attire également de nombreux investissements concernant les secteurs de la cimenterie et de l’aéronautique.

Usine Michelin à Chennai

Pourquoi cet engouement pour l’Inde ? C’est grace à l’ouverture des règles protectionnistes du pays par le premier ministre Narendra Modi depuis 2014, au travers de sa campagne « Make in India », série de mesures qui tendent à assouplir les conditions d’investissements étrangers. Comme par exemple la capacité pour les entreprises de distribution de détenir jusqu’à 100 % d’une société indienne, sans avoir à demander une autorisation spéciale à l’état comme avant.

Un peu plus loin en Birmanie, Total a prévu d’implanter une centrale électrique au gaz. Si on ajoute à l’Inde les projets en Birmanie, en Indonésie, et au Cambodge, l’Asie du Sud-Est couvre plus du tiers des décisions d’investissements des français à l’étranger.

A l’inverse, la Chine semble désormais en retrait avec un seul projet d’implantation répertorié en 2019, celui de Figeac Aéro à Lutou, dans le Shandong.

La deuxième destination la plus prisée après l’Inde est les États-Unis. Ils accueillent quelques projets comme celui d’Airbus à Mobile en Alabama pour l’A320 et l’A220, ou comme l’usine de polyéthylène de Bayport Polymers, une joint-venture de Total, à Port-Arthur au Texas.

Usine Airbus Mobile en Alabama

Enfin, le Royaume-Uni reste un des terrains de jeu des industriels français importants, mais devrait décroitre à cause du Brexit. L’un des gros projets de l’année est l’implantation d’une centrale éolienne par Engie au large de l’Ecosse.

La Russie reste un pays à fort développement de sociétés françaises, au travers de sociétés comme L’Oréal, Auchan, Peugeot, Renault, BNPP ou Société Générale, qui poursuivent leurs investissements.

Le grand absent reste l’Afrique, pourtant vierge, malgré la création en 2016 d’un fonds d’investissement créé en partenariat avec la Chine, visant à investir 300 millions d’euros sur ce continent.

A l’inverse, de nombreux pays investissent en France, et contrairement aux idées reçues, c’est d’abord l’Allemagne qui investit le plus chez nous, suivie par les États-Unis, l’Italie, le Royaume-Uni, le Japon, et la Chine, qui n’arrive qu’en 7ème position.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s