Pourquoi les ballons de basket sont-ils orange ?


Le sport « basket-ball » a été inventé par un certain James Naismith en 1891. Naismith était un professeur de culture physique canadien, qui enseignait à l’Université de Springfield aux Etats-Unis. Il voulait inventer un sport collectif qui puisse se pratiquer en salle ou dehors, en toute saison, mais moins violent que le football ou le rugby.  Comme les ballons de l’époque (y compris ceux du football) étaient en cuir, ils étaient au départ de couleur marron foncée. Cette couleur a donc été celle du ballon de basket pendant un bon demi-siècle.

En 1957, la marque Spalding & Bros (fondée par Albert Goodwill Spalding, l’un des plus grands joueurs de baseball de tous les temps) reprend le championnat universitaire et donne son nom à la première Major League officielle de Basket.

Elle devient la même année le fournisseur exclusif du ballon officiel de la National Major League, et ce pour 100 ans. La société choisit alors la couleur orange pour ce nouveau ballon. Plusieurs raisons à cela :

  • La marque souhaite ainsi se démarquer de ses concurrents
  • La couleur orange est une teinte plus facilement visible que les autres couleurs
  • L’orange est associé à un univers vivant, dynamique, voire bondissant. Par association avec la teinte des flammes, la couleur orange est traduite par le cerveau comme de l’énergie en mouvement. Mieux encore, des études ont démontré que cette teinte augmentait l’apport d’oxygène dans le cerveau, ce qui le stimule et provoque une action énergétique.
  • Les matchs de basket se pratiquant en salle sur du parquet, le orange est la couleur qui est la moins salissante. En effet, les petites scories du parquet de basket restent incrustées dans la matière du ballon. À force de rebondir et d’accrocher le sol et les panneaux, le ballon devient plus foncé au fur et à mesure de son utilisation. Or la couleur « orange foncé » reste perçue par nos yeux comme du orange, alors que le blanc devient gris, et le rouge noir.
  • C’est un hommage au jeu de balle précolombien, le Pok-a-tok : les mayas pratiquaient en effet au pied de leurs pyramides un sport de balle rituel avec une balle en caoutchouc qui symbolisait le soleil et sa trajectoire. Ce jeu a inspiré Naismith lors de son invention du basket. Mais à la différence du basket, le terrain est en longueur, le panier est un anneau de pierre à 6 mètres du sol, et on ne peut toucher la balle qu’avec les genoux, les coudes, les hanches, les fesses, ou la poitrine mais jamais avec les pieds ni les mains. Et les perdants étaient décapités à la fin…

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. Lynley dit :

    Le Pok-a-tok est trop dangereux à mes yeux, je vais me contenter du basket 😉 Et merci pour encore cet article !

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s