Petit voyage dans la ville du futur


Aujourd’hui, je vous emmène en voyage dans la ville du Futur. Pas en 2100, mais plus près, vers 2050. Donc une ville que nous devrions avoir la chance de connaitre…

Aujourd’hui, près de la moitié des habitants sur Terre – soit quelque 3 milliards – vivent dans les villes. Dans trente ans, soit en 2050, l’espace urbain mondial aura triplé et les deux tiers de l’humanité vivront en ville. Chaque semaine déjà, un million de personnes viennent s’installer dans ces grandes cités qui occupent seulement 2 % de la surface de la planète, mais qui représentent tout de même 75 % de la consommation énergétique mondiale. La ville du futur aura toutes sortes de défis à relever : congestion urbaine, réchauffement climatique, durabilité, sécurité, etc. les maitres mots seront rénovation énergétique,  construction zéro carbone, mobilité verte et douce… Rêvons un peu !

Déjà, on se rapprochera des centres-ville pour vivre dans des grandes tours végétalisées. Car plus une ville est dense, moins elle est énergivore. Donc fini la banlieue, et place aux tours de plus d’un km de haut ! Notre habitat sera fait de bois et de carton recyclé et recouvert de végétation. Les tours seront donc pour la plupart vertes, et pourront absorber le carbone produit par ailleurs (comme la « Tour hélicoïdale » à Taïwan, couverte de 25 000 arbres pour absorber 135 tonnes de carbone par an; ou celle appelée « Antismog » à Paris). Les nouveaux immeubles, mêlant habitations et bureaux, deviendront même actifs en délivrant plus d’énergie qu’ils n’en consomment (projet « Dragon Fly » à New York d’immeubles autosuffisants en énergie et en alimentation), par exemple par le fait de tourner en suivant la direction du soleil.

ville futur 1.JPG
Le projet Hyperions pour la construction d’une ville proche de New Delhi (Inde). Cette ville du futur verticale est composée de 6 tours-arbres de 36 étages construites avec du bois. La production de fruits et de légumes bio peut atteindre 20 kilogrammes par an sur chaque parcelle cultivable © Vincent Callebaut Architectures

On trouvera des aquariums sur les toits des immeubles, remplis d’algues, qui serviront à la fois de biomasse comme nutriments, mais aussi de recycleurs d’eau potable (cf brevet de l’entreprise française Ennesys).

Dans les pays chauds et pour aider à survivre face au réchauffement, la climatisation des bâtiments sera faite par des cheminées à vent qui permettront de refroidir l’air chaud environnant en descendant dans le sol, un système de refroidissement inspiré de celui des termitières et déjà utilisés par les Perses (projet « The Gate Heliopolis » au Caire, ou déjà à l’œuvre dans la ville nouvelle de « Masdar City à Abu Dhabi). Les routes et les bâtiments seront aussi recouverts de peinture anti-soleil capable de faire baisser la température de plusieurs degrés.

tour à vent.JPG
Tour à vent à Masdar City, Abu Dhabi. Cette cheminée capte le vent à 45 m de hauteur et fait descendre l’air qui arrive à 18 degrés C près du sol

Il y aura à l’entrée de la cité des panneaux solaires et des éoliennes par milliers, car la cité du futur sera conçue pour être autosuffisante, produisant elle-même la nourriture et l’énergie dont elle a besoin.

La ville se construira également en protection contre la nature de plus en plus indomptable. Dans les zones maritimes, on verra des cités flottantes, qui récupèrent les plastiques qui infestent les océans et les transforment en matériaux de construction pour s’agrandir. Contre la pollution et le réchauffement climatique, il y aura des lampadaires ne s’allumant que la nuit, lorsqu’il y a des piétons sur les trottoirs, grâce à des capteurs de présence.

Notre alimentation sera produite dans des fermes verticales, sous terre, alimentées grâce à la lumière LED. Car il faudra nourrir six milliards de personnes, soit 2,5 milliards de nouveaux urbains par rapport à aujourd’hui ! Ces fermes présentent de nombreux avantages : création de nouvelles surfaces agricoles sans impact négatif sur l’environnement, réduction des filières de distribution et de stockage, grandes consommatrices d’énergies fossiles, amélioration des rendements, notamment en protégeant les cultures des intempéries, réduction voire disparition de l’usage des insecticides, herbicides et autres fertilisants chimiques… Proche du consommateur, peu polluante et bonne pour le climat, la nourriture produite dans ces structures artificielles pourra être ajustée précisément pour les besoins de la plante. Quand on sait qu’actuellement les villes jettent 40 tonnes de nourriture chaque seconde, cela devrait éviter aussi le gaspillage.

Ce type de fermes commencent à sortir de terre aujourd’hui. En 2012, Singapour a inauguré sa première ferme verticale, construite par la société Sky Greens : 120 tours de 9 mètres de haut comprenant chacune 38 étages remplis de bacs de légumes, poussant hors sol et alimentés artificiellement et irrigués à l’eau de pluie. Le rendement de cette ferme est 60% plus important que dans des conditions naturelles ! De quoi donner de l’espoir à de nombreux pays en situation de famine…

ferme verticale.JPG
Projet de ferme verticale pour le 19eme arrondissement de Paris

Les transports représentent un autre enjeu majeur de la ville de demain. Dans la ville du futur, les transports seront davantage partagés et autonomes. Les flots de passagers seront plus fluides grâce à la reconnaissance faciale qui remplacera le ticket. Des applications mobiles dédiées permettront de développer l’intermodalité, en passant facilement d’un mode de transport à un autre. La voiture sera remplacée par des capsules portées par un réseau de tubes parcourant la ville (étude « Skytran » de la Nasa). Ces engins suspendus par effet magnétique à quelques mètres au-dessus du sol, pourront abriter plusieurs personnes voyageant jusqu’à 100 km/h.

Des transports volants feront aussi leur apparition, pour la police et les pompiers dans un premier temps. Il y aura des tunnels souterrains dans lesquels les voitures, posées sur des plateformes, seront propulsées à 200 km/h (projet « Boring Company » d’Elon Musk à Los Angeles). D’autres petits véhicules partagés suivront des routes en béton magnétique pour les propulser de manière autonome. De plus, pour le transport des marchandises, la ville sera truffée de robots roulants et de drones télécommandés ou autonomes.

Tous ces transports seront interconnectés pour réduire les bouchons en optimisant le trafic et pour une sécurité optimale, grâce à des capteurs et à l’intelligence artificielle qui permettra d’éviter les risques de collisions.

transport du futur - projet Airbus par Italdesign.JPG
Projet de voiture volante par Airbus © Italdesign

Enfin, bien sûr, la ville du futur sera pilotée par la donnée en temps réel avec de l’intelligence artificielle pour analyser et limiter la pollution, le trafic… ainsi les poubelles, les feux rouges, les feux de signalisation, les écrans avec de la publicité personnalisée, tout sera connecté pour vous accompagner lors de vos déplacements.

A ce jour, quelques-unes de ces villes sont déjà en construction, comme par exemple la Abdullah Economic City, en Arabie saoudite : commencée il y a une dizaine d’années, cette nouvelle ville qui borde la mer Rouge sera achevée en 2035 et devrait couter 100 milliards de dollars. Son ambition est de devenir une des plus importantes villes portuaires au monde, offrant une qualité de vie inégalée.

Plus près de notre époque, en Corée du Sud, Songdo est probablement la plus aboutie des villes nouvellement créées. 100% informatisée (une seule carte pour payer ses courses ou rentrer à la maison), extrêmement écologique (nombreux parcs et pistes cyclables), ultra sécurisée (caméras qui filment tout, tout le temps et collecte d’information par des millions de capteurs installés dans tous les recoins de la ville), cette ville regroupe toutes les innovations censées améliorer notre quotidien.

Projet Abdullah economic city.JPG
Plan de la ville nouvelle en construction pour 2035, Abdullah Economic City

 

8 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Frédéric dit :

    J’ai adoré cet article! Je crois qu’il tombe à point nommé avec la crise actuelle. J’espère vivre assez longtemps pour voir ces villes. Il s’agit vraiment d’une des solutions pour la survie des notre espèce dans la paix et la symbiose avec notre monde. Merci du fond du cœur!

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup Frédéric ! Bonne journée et portez-vous bien.

      J'aime

  2. Estrella RF dit :

    Un artículo muy interesante. Habrá que pensar la manera de hacer sostenible nuestro planeta, pero quizá sería mejor habitar las zonas deshabitadas y no hacer megaciudades tan estresantes…

    Aimé par 1 personne

  3. lightwalker1 dit :

    How fantastic. Thank you for a glimpse into the exciting future. In light and love Cheryle

    Aimé par 1 personne

    1. Thanks a lot for your message ! Cheers

      Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup ! Bonne fin de week-end

      J'aime

Répondre à lesjumelles13 Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s