Le cimetière du Père Lachaise


Situé dans le 20ème arrondissement de Paris, le cimetière du Père Lachaise est une institution : Plus grand cimetière parisien intra muros, véritable musée en plein air de la sculpture funéraire française, son histoire est intimement liée à l’histoire de Paris et à celle de la France (Les campagnes de Bonaparte en Égypte, la Commune de Paris, 1871). Plus encore, le Père Lachaise est le champ de repos le plus célèbre de la capitale par le nombre de personnalités politiques, scientifiques, artistiques, littéraires qui y sont inhumées.

S’étendant sur 44 hectares et totalisant 70 000 concessions, il accueille chaque année plus de trois millions et demi de visiteurs, ce qui en fait le cimetière le plus visité au monde. S’il est devenu un lieu touristique majeur de Paris, le Père-Lachaise reste un cimetière en activité dans lequel de très nombreuses opérations funéraires et cérémonies commémoratives se déroulent chaque année.

Il tient son nom du prêtre confesseur du roi Louis XIV, le père François d’Aix de La Chaise. Ce prêtre a exercé pendant 34 ans et on lui devrait notamment le rapprochement du roi avec la pieuse Mme de Maintenon.

Le cimetière a été fondé sur l’une des collines de Paris, alors appelée au IIème siècle le Mont-aux-Vignes, pour les cultures que l’on y réalisait alors. Deux siècles plus tard, le terrain est acheté par les Jésuites pour en faire un lieu de repos et de convalescence. C’est là que le prêtre François d’Aix de la Chaise s’y installa jusqu’à sa mort en 1709. Mais à la suite de la fermeture du cimetière des Innocents en , en application tardive de la loi de 1765 qui interdisait les cimetières en ville, Paris commença à manquer de lieux de sépultures. Napoléon Bonaparte, alors Consul de Paris, convaincu que « chaque citoyen a le droit d’être enterré quelle que soit sa race ou sa religion », fit adopter un décret le 12 juin 1804 sur l’emplacement et l’organisation des cimetières. Furent ainsi créés plusieurs nouveaux cimetières hors des limites de la capitale, mais aussi intra-muros. C’est ainsi que le cimetière du Père Lachaise fut créé, alors dénommé le Cimetière de l’Est.

Sa construction fut confiée à l’architecte néo-classique Alexandre-Théodore Brongniart en 1803. Dans les 43 hectares acquis, il dessina les grands axes sous la forme d’un immense jardin à l’anglaise, aux allées accidentées, pourvues d’arbres et de plantes aux essences diverses et bordées de sépultures sculptées. Il projetta des monuments funéraires dont finalement un seul sera réalisé : celui de la sépulture de la famille Greffulhe, au style néo-gothique épuré.

Mais à son ouverture, les parisiens se mirent à bouder cet espace situé hors de Paris et dans un quartier populaire. Si bien que trois ans après son ouverture le cimetière ne comptait que 62 tombes. Pour séduire et attirer les parisiens, la mairie de Paris y transféra en 1917 les dépouilles de Molière et La Fontaine, ainsi que celles d’Héloïse et Abelard. Une idée brillante puisque dès 1830 on dénombra 33 000 tombes !

Au fil des années, l’appellation de Cimetière de l’Est ne perdurera pas et le public continuera d’identifier le lieu au nom du confesseur illustre de Louis XIV, le Père Lachaise. Ironie de l’histoire, François de La Chaize n’est même pas inhumé dans le cimetière parisien mais dans l’église Saint-Paul Saint-Louis, située dans le Marais.

Tous les styles de l’art funéraire sont représentés au père Lachaise aujourd’hui : tombe gothique, caveau haussmannien, mausolée à l’antique… Sur les chemins verdoyants, le visiteur croise les sépultures d’hommes et de femmes célèbres : Honoré de Balzac, Guillaume Apollinaire, Frédéric Chopin, Colette, Jean-François Champollion, Jean de La Fontaine, Molière, Yves Montand, Simone Signoret, Jim Morrison, Alfred de Musset, Edith Piaf, Camille Pissarro.

Voici quelques-unes de ces tombes célèbres et atypiques :

Le sphinx d’Oscar Wilde

On le rappelle, Oscar Wilde a été jeté en prison et soumis à deux ans de travaux forcés pour un “baiser homosexuel”. Son monument funéraire a alors été le théâtre d’un rituel peu banal… Certains admirateurs et admiratrices du poète ont décidé de lui rendre hommage en déposant un baiser au rouge à lèvre sur l’imposant sphinx ailé qui surplombe sa dépouille. Au fil du temps, le bloc de pierre recouvert de rouge se dégrada, on apposa alors en 2011 des grandes parois de verre autour de ce dernier.

tombe Oscar Wilde

Le gisant de Victor Noir

Le tombeau de Victor Noir est connu pour être à l’origine d’une tradition pour le moins insolite. La fin tragique de ce jeune journaliste, assassiné à 22 ans par le prince Pierre-Napoléon Bonaparte, cousin virulent de l’empereur, indigna le peuple français. Victor Noir devient un martyr républicain, et pour l’occasion, Jules Dalou sculpte son gisant dans la position dans laquelle Victor Noir aurait été retrouvé après son assassinat. L’originalité de ce gisant tient dans la virilité de Victor Noir, particulièrement exagérée. Depuis, bon nombre de femmes s’empressent de venir toucher ou se frotter à la proéminence de la statue, dans l’espoir d’être rendues fertiles ou d’avoir un bon amant.

tombe victor Noir

La statue mortuaire de Tatiana Rachewskaïa

Cachée au fin fond du cimetière Montparnasse, cette tombe assez méconnue fera les délices des plus romantiques d’entre vous, grâce à la statue du Baiser de Brancusi qui la surmonte. Tatiana Rachewskaïa était une jeune anarchiste russe qui se suicida en 1910 suite à un amour malheureux. Le sculpteur roumain Constantin Brancusi fut chargé par les parents de la défunte de réaliser le monument funéraire de leur fille : il y installa une sublime statue représentant deux amoureux enlacés, ultime version d’un thème qu’il travaillait depuis plusieurs années.

tombe Brancusi

La tombe de Chopin

C’est l’une des sépultures les plus remarquables du cimetière, d’une part pour l’illustre compositeur qui y repose mais aussi pour une anecdote assez singulière à son sujet. En effet, le célèbre musicien avait si peur d’être enterré vivant qu’il avait exigé qu’on retirât son cœur après sa mort. C’est pourquoi il confia à sa sœur la mission d’emporter son cœur à Varsovie près de son lieu de naissance, où il repose dans du cognac depuis plus de 160 ans.

tombe Chopin

Le dolmen sacré d’Allan Kardec

Peu connu en France mais considéré aux Etats-Unis et au Brésil comme le père du spiritisme, Hippolyte Léon Denizard, de son vrai nom, est enterré au Père-Lachaise depuis 1869. Il y repose  sous un dolmen sacré, sur lequel est gravé le postulat de sa doctrine “Naître, mourir, renaître encore et progresser sans cesse, telle est la Loi”. Les visiteurs viennent en nombre se recueillir sur la sépulture de leur maître spirituel ou poser la main sur son buste afin de s’imprégner de son magnétisme et de ses pouvoirs mystiques.

tombe Allan

La pyramide du diplomate inconnu

Les experts sont formels, cette tombe serait la plus haute de tous les cimetières parisiens. Culminant à près de 20 mètres de hauteur, elle serait même visible de la Tour Eiffel. L’homme qui y repose est Félix de Beaujour, ancien diplomate mais parfait inconnu, qui s’est fait plaisir avec une immense tombe pharaonique…

tombe Félix de Beaujour

Le tombeau romantique d’Héloise et Abelard

Les amants maudits peuvent se targuer d’être les corps les plus anciens de tout le cimetière. Alors que les défunts boudaient le cimetière depuis son ouverture en 1804, la Mairie de Paris organisa en 1817 le transfert de leurs tombes au Père-Lachaise. Leur histoire est mythique : En 1113, Abélard devint le précepteur d’Héloïse. Entre le maître et l’élève naît une passion amoureuse. Furieux, Fulbert, l’oncle d’Héloïse, répudie Abélard et le fait émasculer. Abélard se retire alors à l’abbaye de Saint-Denis tandis qu’Héloïse prend le voile à Argenteuil. À sa mort en 1164, Héloïse rejoint le cercueil de son amant, décédé 22 ans plus tôt. La légende prétend que les bras du cadavre d’Abélard se seraient ouverts pour accueillir sa bien-aimée. Symbole de l’amour libre et de la passion charnelle interdite, leur tombe deviendra un véritable lieu de pèlerinage, allégorie du romantisme triomphant.

tombe Heloise et Abelard

Le cactus de Siné

Cet étrange cactus de bronze aux faux airs de doigt d’honneur est la future sépulture du caricaturiste Siné (toujours vivant). Le caveau peut accueillir jusqu’à 60 personnes incinérées. D’ailleurs, plusieurs amis de l’ex-dessinateur de Charlie Hebdo, dont Benoît Délepine, y ont déjà réservé leur place. L’épitaphe, qui reproduit l’écriture de Siné, est éloquente: «Mourir? Plutôt crever!».

Tombe Cactus de Siné

Le sanctuaire de Jim Morrison

Quarante ans après la mort du chanteur des Doors dans la baignoire d’un appartement parisien, sa sépulture reste LA star du Père Lachaise. Il faut dire que l’énigmatique décès à 27 ans de l’illustre chanteur drogué a de quoi nourrir sa légende, entre rumeurs d’overdose ou de suicide. En tout cas, sa pierre tombale est sans conteste la plus encombrée de Paris puisque des fans du monde entier viennent chaque jour y déposer des fleurs, des flasques de whisky ou des poèmes enamourés. Avec en point d’orgue des cérémonies organisées tous les ans par des foules d’admirateurs à l’anniversaire de sa disparition, chaque 3  juillet. C’est l’une des rares tombes à avoir une caméra de surveillance pointée sur elle en permanence.

Tombe Jim Morrisson

Le mausolée d’Elisabeth Alexandrovna Stroganoff

Aristocrate russe morte le 8 avril 1818 à Paris, Elisabeth Alexandrovna Strogonoff-Dominoff repose dans un somptueux mausolée dans la 19e division du cimetière. La légende raconte que, en présence d’un notaire, la comtesse aurait stipulé dans son testament qu’elle léguerait une partie de sa fortune (plusieurs millions de roubles en or) à qui passerait 365 jours et 366 nuits auprès de son cercueil. Certains s’y seraient essayés, et seraient devenus fous au bout de quelques jours. Le cimetière reçoit toujours aujourd’hui des lettres de candidature, que la direction refuse systématiquement.

Tome Elisabeth

Les poèmes de Charles Baudelaire

Même après sa mort, le poète maudit n’eut pas de veine : l’auteur des Fleurs du Mal, en effet, est enterré dans la même tombe que sa mère, et que son beau-père le général Jacques Aupick, qu’il haïssait. Baudelaire n’avait en effet pas supporté que sa mère se remarie avec ce très bourgeois militaire. Pour le consoler de cette éternelle promiscuité (le corps de Baudelaire, paraît-il, repose en sandwich entre ses deux co-inhumés…), des centaines de pèlerins viennent chaque année glisser des poèmes dans les interstices de la pierre tombale.

tombe Baudelaire

Les cénotaphes de Molière & Jean de la Fontaine

Molière et Jean de la Fontaine reposent côte à côte dans la division 25. Mais, grand mystère, personne ne sait réellement qui se trouve sous ces stèles ! Le corps de Molière fut déplacé au moins 4 fois entre sa mort et 1792, pour le changer de cimetière. Seul problème : avec tous ces déménagements, personne ne peut vraiment prouver que ses restes reposent vraiment au Père-Lachaise !

Quant à Jean de La Fontaine, disparu en 1695, son histoire est également loufoque. Si un registre stipule qu’il fut inhumé dans l’ancien cimetière des Innocents, une erreur d’écriture sur un autre registre public le situait dans le cimetière Saint-Joseph. aujourd’hui, on pense qu’il repose aux catacombes, dont tous les ossements ont été transférés lors de la fermeture définitive du cimetière des Innocents. On ne sait donc pas qui fut posé sous la stèle du Père-Lachaise, devenue aujourd’hui un cénotaphe.

tombe moliere

Le buste d’Alfred de Musset

Sous son buste d’Alfred de Musset se trouve une lyre, présente également sur la sépulture de sa supposée fille, Norma Tessum-Onda, à La Rochelle. Au dos de la stèle, son poème Rappelle-toi figure. Devant, son épitaphe : « Mes chers amis, quand je mourrai, Plantez un saule au cimetière, J’aime son feuillage éploré, La pâleur m’en est douce et chère, Et son ombre sera légère, A la terre où je dormirai. » Un saule fut en effet planté près de sa tombe.

tombe Musset

La madeleine de Marcel Proust

Marcel Proust, lui, joue la carte de la sobriété avec une tombe en marbre noir. En réalité, il s’agit d’une nouvelle stèle, installé après que l’originale a été détruite. Parfois, certains visiteurs y déposent une madeleine.

tombe Proust

Autres jolies histoires du cimetière : Guillaume Apollinaire qui n’est éloigné que de quelques mètres de sa maîtresse Marie Laurencin, enterrée avec leurs lettres d’amour posées sur son cœur, ou encore Edith Piaf, dont quatre des maris ou amants reposent aux alentours.

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Lynley dit :

    J’ai eu visité le cimetière du Père Lachaise mais sincèrement j’ai appris plein de choses aujourd’hui. Très bien documenté et écrit. Merci.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Lynley ! Moi je ne l’ai pas encore visité, mais ça ne saurait tarder…

      Aimé par 1 personne

Répondre à everytimesnews Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s