Pourquoi les notes de musique allemandes et anglaises sont des lettres ?


Les noms des notes de musique dans la musique occidentale suivent deux grands systèmes selon les pays. La notation est basée soit sur les sept premières lettres d’un alphabet, comme en Angleterre ou en Allemagne, soit sur les notes « do ré mi fa sol la si » comme en France ou en Italie. Si elles n’ont pas d’appellation universelle, c’est parce qu’elles sont le fruit d’un héritage propre à chaque civilisation et à chaque langage. 

L’idée d’associer les notes à des caractères alphabétiques ne date pas d’hier… Trois cent ans déjà avant J.C., les grecs retranscrivent leurs compositions musicales à l’aide de lettres, de chiffres et de symboles divers. Les symboles de notation sont si nombreux que, pour la seule période antique, on répertorie l’usage de près de 1 260 signes musicaux.

Face à ce désordre, Boèce, philosophe latin, entreprend de faire le tri. Au tournant du VIe siècle, il décide d’associer les quinze premières lettres de l’alphabet latin à quinze notes ascendantes. Ce système sera par la suite réduit à l’octave, de A à G : sept lettres que les anglo-saxons et les germains utilisent encore aujourd’hui.

Le fait d’associer systématiquement A B C D E F G à la gamme, du La au Sol, est institué près de cinq cent ans plus tard, au Xe siècle, par le moine bénédictin Odon de Cluny.

Il faudra attendre le onzième siècle pour voir apparaître notre gamme actuelle. C’est Guido d’Arezzo, un moine bénédictin italien qui met au point le système actuel pour aider ses élèves à apprendre les différents chants. Il a compris que la mémoire de la musique passe par les mots. Il invente alors une gamme de notes mnémotechnique qu’il place sur une portée de quatre lignes. Il s’inspire alors d’un hymne liturgique latin, l’hymne à Saint Jean-Baptiste, le « Ut queant laxis », qui a la particularité d’être lu en augmentant d’un ton à chaque vers.

Ut queant laxis / resonare fibris / mira gestorum / famuli tuorum / solve polluti / labii reatum / Sancte Iohannes.
Guido dArrezzo
Le moine italien Guido d’Arezzo

Plus tard le « ut » sera remplacé par le « do », qui se chante mieux, et surtout qui est la première syllabe de « Domine » qui signifie « Seigneur » en latin.

L’usage de la « solmisation » se répand rapidement à travers l’Europe car il est très pédagogique pour apprendre la musique. Mais les pays anglo-saxons et germaniques préfèrent conserver l’ancien ordre alphabétique. Car cette nouvelle numérotation issue du latin, est trop difficile à dire pour eux.

Cela a permis à bon nombre de compositeurs allemands de s’amuser en insérant de véritables phrases dans leurs symphonies. Jean-Sébastien Bach a ainsi créé son Art de la fugue en jouant avec les lettres de son propre nom (soit Sib La Do Si). Schumann a quant à lui inséré le nom de sa maitresse Meta Abegg dans certaines variations…

Et ailleurs ?

En Chine, le jianpu est un système numéroté de 1 à 7, dérivé du système français Galin-Paris-Chevé. Il a remplacé l’ancien système chinois vers 1900, succédant au système gongche, et doit son succès à sa grande simplicité.

Au japon, les sept notes de la gamme notées de A à G et associées aux premiers caractères de l’iroha, un hymne bouddhique du Sūtra du Nirvāna.

En Inde, Les swaras sont également au nombre de sept, chacune des notes renvoyant au bruit naturel d’un animal : shadjamam, le cri du paon, richabham, le beuglement de la vache, gandharam, le bêlement de la chèvre, madhyamam, le son du héron, panchamam, le chant du rossignol, dhaivatam, le hénissement du cheval, et nichadam, l’éléphant qui barrit.

A l’écrit, ces notes se réduisent à S R G M P D N et lorsqu’elles sont chantées, on les prononce Sa, Ri, Ga, Ma Pa, Dha et Ni. Ce système a le mérite de concilier la solmisation et le chant.

musique

 

* image de garde : partition originale de l’Art de la Fugue, de Jean-Sébastien Bach

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. Lynley dit :

    J’adore merci beaucoup !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s