Les Trulli des Pouilles


Les Trulli sont une forme typique de maisons aux dômes pointus de la Vallée d’Itria dans les Pouilles, plateau situé entre les villes de Bari, Brindisi et Tarente en Italie. Ces habitations sont une merveille architecturale, dont l’histoire est singulière. Inscrites au Patrimoine de l’Unesco, elles ont probablement pour origine les tombes mycéniennes construites en remontant à 1 500 avant notre ère, et qui se sont ensuite répandues sur le littoral méditerranéen.

Ces habitations représentent l’un des premiers exemples d’une architecture modulaire et « intelligente » : faites de pierre sèche, sans mortier (souvent des galets de pierre à chaux ramassés dans les champs voisins), elles conservent la chaleur en hiver et sont fraîches en été. Les constructions ont des formes et des dimensions différentes. Il s’agit souvent de bâtiments uniques ou communicants avec d’autres habitations. Il y en a aussi à deux étages. Elles présentent généralement un plan circulaire et des murs en pierre très épais.

À l’intérieur, on trouve une pièce unique faite de niches pour la cheminée, d’alcôves et d’autres aménagements intérieurs. Les murs soutiennent un dôme, fabriqué en dalles horizontales en encorbellement (dénommées chianche), tandis que le toit est en dalles plus fines (dénommées chiancarelle), de couleur grise, portant souvent des marques mythologiques ou religieuses en cendre blanche et se terminant par un pinacle décoratif destiné à repousser les maléfices. L’eau est collectée au moyen d’avant-toits saillants et guidée, par l’intermédiaire de pierres creusées en gouttière, vers une citerne sous la maison. D’étroits escaliers en pierre permettent d’accéder aux toits.

Les tout premiers Trulli remontent à la période préhistorique. Déjà à l’époque, on retrouvait dans la Vallée d’Itria des implantations habitées et des tholos, les typiques constructions utilisées pour enterrer les défunts. C’étaient de petits campements ruraux éparpillés, présents dans les environs de l’Alberobello actuel.


Toutefois les Trulli que l’on retrouve aujourd’hui à Alberobello remontent à la fin du XIV siècle. Vers 1340,
la région d’Alberobello fut donnée au premier comte de Conversano par Robert d’Anjou, Prince de Tarente, en remerciement des services rendus pendant les Croisades. La zone fut donc à nouveau peuplée, accueillant d’entières populations provenant des implantations voisines, comme par exemple celle de Noci.

Deux siècles plus tard en 1635, le comte Gian Girolamo II Acquaviva d’Aragon fit appel à des paysans pour bonifier et travailler ses terres. Cependant, la création d’un nouveau village impliquait le paiement d’un impôt au roi d’Espagne : pour éviter cela, le comte fit construire des maisons qui pouvaient être démolies en cas d’inspection royale. La méthode de construction à sec des trulli fut imposée aux nouveaux colons de façon à ce que les habitations pussent être démantelées rapidement. Les Trulli se sont alors répandus dans toute la vallée d’Itria, grâce à l’abondance de pierre calcaire, sous les noms de « casedde, ‘tturr, pagghiaie, furnu », qui signifient « hutte » ou « cabane ».

À la fin du 18e siècle, la communauté comptait plus de 3 500 personnes. En 1797, le régime féodal prit fin, le nom d’Alberobello fut adopté, et Ferdinand IV, roi Bourbon de Naples, lui accorda le statut de « ville royale ». À partir de cette époque, la construction de nouveaux Trulli déclina, et ce n’est qu’à partir de 1936, date de la classification du Trullo comme monument national par l’Unesco, que les habitations furent rénovées et protégées.

La Vallée d’Itria inclut les communes de Locorotondo, Cisternino et Martina Franca, ainsi que Alberobello ou encore Ceglie Messapica. A Alberobello, capitale des Trulli, il existe deux quartiers distincts : Le quartier Monti impressionne avec ses 1000 Trulli sur le flanc de la colline : à ne pas manquer, le Trullo Siamese (avec deux toitures reliées) et la rue Monte San Michele, accueillant les plus anciens édifices. Le quartier Aia Piccola abrite quant à lui quelque 400 Trulli, toujours utilisés comme habitations, à travers lesquelles se promener dans les ruelles sinueuses pour plonger dans l’atmosphère d’autrefois.

Aujourd’hui les Trulli sont protégés avec une grande rigueur. Leur technique de construction en encorbellement est toujours en usage dans la région. Pour chaque nouvelle habitation, les artisans doivent encore respecter tous les critères d’origine, et les pinacles sont encore travaillés comme il y avait 300 ans.

 

Trulli 2

3 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Lynley dit :

    Je découvre totalement les Trulli. Quelle histoire ! Et quel charme ! Merci.

    Aimé par 1 personne

    1. Je les ai découverts l’été dernier lors d’un voyage en famille dans les Pouilles. Région magnifique qui offre beaucoup d’autres belles choses à découvrir, pour la voyageuse que vous êtes ! 😋On peut aussi dormir dans ces Trulli, dans des gîtes très mignons.

      Aimé par 2 personnes

      1. Lynley dit :

        Les Pouilles, c’est certainement la prochaine longue destination en Italie. Je tacherais de ne pas oublier les Trulli. Merci

        Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s