Série BATX : Le leader des réseaux sociaux, Tencent


Troisième entreprise étudiée de ma série sur les BATX, voici Tencent, le concurrent de Facebook avec son application WeChat, mais également un des grands acteurs du jeu mondial. Souvent sans le savoir, tous les ados connaissent Tencent : il s’agit de la société qui possède Riot Games (League of Legends), Epic Games (Fortnite) et Supercell (Clash of Clans, Clash Royale). Entre 2015 et aujourd’hui, Tencent a en effet racheté les éditeurs de trois des jeux les plus populaires du moment. Leur point commun ? Ils ont tous réussi à fédérer des dizaines de millions de joueurs grâce à leur politique d’accès gratuit complétée par de nombreuses mécaniques d’objets optionnels payants. Or, c’est précisément sur la logique du « freemium » que Tencent a construit son empire.

Tencent voit le jour en 1998 à Shenzhen, à quelques kilomètres de Hong Kong, dans cette région qui s’apprête à devenir le fer de lance de la croissance industrielle chinoise. Fin 1998, personne ne donne cher des cinq camarades passionnés d’informatique lorsqu’ils décident de créer leur entreprise. La joyeuse bande ne sort pas de grandes écoles internationales, parle peu l’anglais et Shenzhen est alors très loin d’être la « capitale du hardware » qu’elle est devenue aujourd’hui. C’était sans compter sans l’opiniâtreté et le flair du très discret Ma Huateng (alias Pony Ma), le fondateur.

Pony Ma

L’idée de départ n’a rien de novateur : développer le clone, pour le marché chinois, de la messagerie instantanée américaine ICQ. Les fondateurs ne font pas vraiment mystère de leur source d’inspiration : au départ, le projet s’appelle OICQ – pour Open ICQ, même si leur protocole n’a rien d’ouvert. Ils le rebaptisent toutefois QQ quelques mois plus tard, suite à des menaces de poursuite.

Dans une Chine qui découvre progressivement les joies d’Internet, le logiciel devient vite un phénomène incontournable. La messagerie instantanée s’enrichit rapidement de modules complémentaires qui permettent de créer des avatars, partager des photos ou créer un salon de discussion thématique. L’outil propose même un service de rencontres.

La force de Tencent a été ensuite de capitaliser sur sa base d’utilisateurs pour leur offrir des services à valeur ajoutée et la vente d’éléments optionnels. Il faut dire que cette base installée a de quoi faire tourner les têtes : en 2004, le groupe revendique plus de 291 millions de comptes clients quand il annonce son introduction à la bourse de Hong Kong. Les fonds affluent au fur et à mesure que les chiffres d’audience progressent. En 2010, QQ revendique 1 milliard de comptes dont 500 millions d’actifs, essentiellement sur son marché domestique. La mascotte de Tencent, un pingouin arborant une écharpe rouge, est visible partout dans le pays.

tencent pingouin

Le début des années 2010 ouvre une nouvelle ère de croissance pour les géants du Web : c’est l’essor des messageries instantanées mobiles, et Tencent ne va pas rater le coche. Le groupe lance en janvier 2011 la première version de ce qui va devenir l’application sociale de référence sur le marché chinois : WeChat, qui est lancée également en même temps à l’international. Mais c’est principalement la croissance exponentielle de la population d’internautes chinois qui soutient son développement.

Tencent devient ainsi le principal pourvoyeur de logiciels Internet de Chine. La spécificité des produits offerts par Tencent tient à leur interconnectivité et à leur capacité à se synchroniser et se promouvoir entre eux. En bref, les internautes chinois ont à leur disposition une seule suite d’applications qui regroupe les fonctionnalités de Facebook, Twitter, WhatsApp et MySpace

Aujourd’hui, WeChat est devenue le socle de toutes les offensives commerciales de Tencent. A la grande différence d’un Facebook, son modèle économique ne repose que de façon marginale sur la publicité : Tencent a conçu son application comme une véritable plateforme chargée d’accueillir des transactions très diverses, sur lesquelles le groupe prélève systématiquement une commission.

Mais si les services de messagerie instantanée permettent à Tencent de développer sa base d’utilisateurs, c’est par le biais des jeux vidéos, notamment, que l’entreprise tire un revenu.

La société se tourne vers le jeu mobile en 2013, à travers le lancement de centres de jeux dans Mobile QQ et WeChat. Au cours des dernières années, elle prend des participations dans de nombreuses entreprises leaders du domaine, telles que Riot Games (le studio américain à l’origine de League Of Legends), et 40% dEpic Games (le studio américain de développement des jeux Clash of Clans ou Fortnite (entre autres). Dans le jeu Fortnite, Tencent contribue également au développement de la couche Free-to-pay en capitalisant sur ses années de succès sur le modèle du Freemium, qui incite les joueurs à faire des achats récurrents tels un abonnement.

Tencent devient ainsi en 2018 la plus grande société de jeux en ligne au monde avec 13 % de parts de marché. Et en 2019, ses revenus issus du jeu franchissent la barre des 20 milliards de dollars.

tencent fortnite
Le jeu Fortnite

Encore peu connu hors de Chine, Tencent s’est ainsi imposé peu à peu dans la vie quotidienne des Chinois, se construisant un empire aux activités diverses, des réseaux sociaux aux jeux, en passant par la musique, le paiement, la production de contenus vidéo ou encore l’e-commerce. Le cœur des activités de la société est toujours situé en Chine, à Shenzhen, mais sa structure financière passe par une holding installée aux îles Caïmans.

L’entreprise est régulièrement critiquée pour sa propension à reprendre à son compte les bonnes idées de ses concurrents, mais ces reproches n’affectent ni les dirigeants très discrets de la société, ni son cours en bourse. Ma Huateng explique d’ailleurs lors d’une de ses rares apparitions médiatiques que « copier n’est pas mal ».

L’entreprise a également de nombreuses accointances avec le gouvernement chinois. Un temps considéré comme l’homme le plus riche de Chine, Ma Huateng s’affiche en 2015 aux côtés de Xi Jinping quand celui-ci convie les patrons des géants du Web occidental pour une rencontre au sommet. Il est par ailleurs membre de l’Assemblée Nationale Populaire de Chine depuis 2013.

Aujourd’hui, Tencent n’a de cesse d’étoffer son portefeuille de participations en ciblant de plus en plus les services informatiques (cloud computing, Snapchat…) et l’international, en particulier le marché indien. Fin 2018, alors que la capitalisation boursière de Facebook culminait à 404 milliards de dollars, celle de Tencent atteignaient 357 milliards.

Quelques chiffres :

  • 1 milliard d’utilisateurs mensuels sur les deux messageries du groupe, WeChat et Weixin (QQ)
  • Depuis 10 ans, le chiffre d’affaires de Tencent a été multiplié par 34 et ses bénéfices par 24
  • WeChat est le 3eme portail Internet le plus fréquenté au monde
  • 30.000 salariés (dont la moitié en R&D)
  • En 2017, Tencent a investi dans la voiture autonome et électrique, en s’offrant 5 % du capital du californien Tesla

3 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Lynley dit :

    Article très riche comme d’habitude mais… teu teu teu… y a pas que les ados qui connaissent supercell ! Clash Royal est joué par toutes les générations, je pense 😉

    Aimé par 1 personne

    1. Pardon Lynley ! Je ne savais pas que vous jouiez aussi à Clash Royal 👑😁

      Aimé par 1 personne

      1. Lynley dit :

        Je suis pleine de surprise 😎

        Aimé par 1 personne

Répondre à everytimesnews Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s