Série BATX : Baidu, le géant de la recherche en ligne


Le numéro un de la recherche en ligne chinois s’appelle Baidu. Comme Google, Baidu a su se rendre indispensable en déclinant des services pour chaque usage : finance, littérature, musique, actualités, voyages, GPS, intelligence artificielle, voiture autonome… Pourtant, Baidu a devancé son homologue américain sur bien des aspects. Bienvenue dans le quatrième et dernier épisode de notre saga consacrée aux géants du Net chinois, les BATX.

L’histoire de Baidu ne commence pas en Chine, mais aux États-Unis. Nous sommes en 1996 quand Robin Li, tout jeune informaticien en poste chez Dow Jones & Company, a l’idée de développer un algorithme capable de classer les pages Web en fonction du nombre de liens hypertextes qui pointent vers elles. Sa proposition, surnommée Rankdex, ne rencontre alors qu’un vague intérêt.

Baidu Robin Li
Robin Li

En 1998, Robin Li profite d’un voyage dans la Silicon Valley pour présenter son idée à d’autres professionnels. Infoseek, éditeur d’un des premiers moteurs de recherche du marché, tombe sous le charme et recrute le jeune homme. Mais quelques mois plus tard, quand Disney rachète Infoseek, ils décident de réorienter la société vers le développement de portails d’information. A quelques kilomètres de là, les fondateurs de Google commencent à développer leur moteur de recherche avec comme clé de voûte un algorithme dont le fonctionnement s’inspire en partie de celui du Rankdex, qui est d’ailleurs cité dans le brevet de PageRank déposé par les fondateurs de Google…

Dégoûté de ne pas avoir pu profiter de son invention, Robin Li quitte l’entreprise et s’associe avec Eric Xu, un compatriote biochimiste au carnet d’adresses bien rempli. Ensemble, ils lèvent 1,2 million de dollars auprès d’investisseurs de la Silicon Valley et rentrent en 2000 à Pékin pour lancer Baidu. Les deux fondateurs ont fait leur choix : plutôt que de s’installer à Hong Kong ou dans un autre pays pour évoluer en toute liberté, ils basent la société en Chine et acceptent très tôt de se plier aux exigences du gouvernement chinois pour, en échange, profiter de son soutien. « Cela aurait été plus facile de créer Baidu à Hong-Kong. Mais si j’avais fait ça, le gouvernement chinois m’aurait considéré comme un traître et ma vie aurait été ruinée. »

Baidu commercialise d’abord ses outils de recherche en marque blanche auprès des acteurs du Web local. À partir de 2001, elle lance son moteur de recherche à destination du grand public, qui s’impose très rapidement comme l’outil de prédilection des internautes chinois. Trois ans plus tard, Baidu lève 25 millions de dollars supplémentaires, dont 5 millions auprès de Google, et atteint le seuil de rentabilité.

Baidu moteur de recherche

En 2005, Baidu devient la première société chinoise à se lancer à la bourse de New-York. Lancé à 27 dollars le matin du 5 août, le titre gagne 350 % dans la journée, propulsant Baidu sur le devant de la scène internationale. Quasi inconnue du grand public occidental, la société pèse désormais plus de 4 milliards de dollars.

Déjà à cette époque, l’accès à la musique pirate représente plus de 40% du trafic du moteur de recherche. Les liens de téléchargement illégaux sont un sujet sensible et un facteur clé du succès de Baidu. Le site propose le téléchargement libre et gratuit de musique qui devrait normalement être soumise à des droits d’auteurs. Baidu, à l’époque, est en tête du classement de l’industrie musicale américaine (RIAA) des pires sites pirates dans le monde. En février 2008, Universal, Warner et Sony Music lancent des poursuites contre Baidu pour violation de leurs droits de propriété intellectuelle, litige qui finalement se solde par un accord entre les 4 sociétés, de vente de service de musique en ligne, qui permet aux 3 majors américains d’accéder enfin au marché chinois…

Pendant les dix années suivantes, Baidu va continuer d’étendre ses activités sur tous les pans de la recherche en ligne, avec des dizaines de services verticaux pensés pour couvrir l’ensemble des besoins de l’internaute chinois. Sa palette de services comprend une version locale de Wikipedia, une plateforme de e-commerce (Youa), des services pour les mobiles, Baidu Map, un réseau social (Baidu Space) et un site communautaire de questions/réponses. Le groupe a bien des concurrents, mais ses adversaires locaux peinent à rivaliser face à la masse critique atteinte par Baidu. Quant aux grands noms du Web occidentaux, ils se heurtent à un blocage s’ils refusent d’appliquer les règles du gouvernement chinois en matière de censure. En 2010, la valorisation de Baidu dépasse 37 milliards de dollars, soit plus que Yahoo (21 milliards) et presqu’autant qu’eBay (39 milliards).

Baidu grandit donc au rythme de la croissance démographique chinoise. Depuis 2014, la société explore de nouveaux territoires, d’abord à l’international avec plusieurs opérations de croissance externe, notamment au Brésil. La société a en parallèle lancé d’ambitieux programmes de recherche autour de l’intelligence artificielle et de la voiture autonome, identifiés comme les prochains relais de croissance stratégiques du groupe. Au sein de 130 industriels du monde entier par exemple, parmi lesquels des constructeurs automobiles de premier plan, Baidu est impliqué dans le développement de la plateforme open source Apollo, destinée aux véhicules autonomes.

Baidu assistant
L’une des enceintes intelligentes pour la maison, de Baidu

Quelques chiffres :

  • 99% des Chinois utilisent Baidu
  • 27% du trafic Baidu renvoie vers ses propres sites
  • 13,2 Milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2018
  • 51,6 milliards d’euros en capitalisation boursière
  • 42.000 salariés dans le monde

 

Baidu véhicule autonome
Le véhicule autonome Apollo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s