Les baleines sont enfin en rémission


Il y a 200 ans, le nombre de baleines à bosse s’élevait à environ environ 27 000. Au milieu des années 50, on ne comptait plus que 450 individus. Une véritable hécatombe. Mais depuis quelques années, il semble que la tendance s’inverse. Ces mammifères, au même titre que d’autres espèces de cétacés que la chasse commerciale avait décimés, reconstituent peu à peu leurs troupes et auraient même retrouvé 93 % de leurs effectifs d’avant l’ère de la chasse industrielle. Un vrai miracle !

Baleines bleues, baleines à bosse, ou beaucoup d’autres espèces de cétacés, sont depuis 3 ans dans une tendance à l’augmentation régulière, de +2 à +8% par an selon les populations. En Géorgie, on a vu le retour d’une cinquantaine de baleines bleues (la plus grosse) en 2019, alors qu’elles avaient complètement disparu de la zone 20 ans auparavant. Quant au rorqual commun, la population mondiale de l’espèce a presque doublé depuis les années 1970. Elle est aujourd’hui estimée à près 100 000 individus.

Ce repeuplement est un effet direct du moratoire interdisant la chasse à la baleine à des fins commerciales, instauré en 1986 par un accord de la Commission Baleinière Internationale (CBI). La CBI avait été créée en 1975 par 89 pays membres, dont la France, le Royaume Uni et l’Espagne, pour réglementer et réguler la pêche à la baleine qui causait la surexploitation des grands cétacés et menaçait donc plusieurs espèces. Son action porte sur les combats suivants :

  • garantir la protection de certaines espèces (baleine bleue, baleine à bosse)
  • désigner des zones protégées et des sanctuaires pour les baleines (le premier sanctuaire date de 1979 et couvre l’océan indien)
  • limiter la taille et le nombre de baleines chassées (pour toutes les chasses non commerciales)
  • fixer les périodes et délimiter les zones de chasse
  • interdire la capture de baleineaux et de femelles accompagnées de baleineaux
  • encourager les méthodes de capture non cruelles

3 pays, le Japon, la Norvège et l’Islande, ne respectent pas ce moratoire et pratiquent la chasse commerciale à la baleine, tuant encore chaque année 10.000 bêtes. Malgré tout, l’accord global de la CBI a permis d’inverser la tendance (on en tuait 60.000 par an dans les années 60).

De plus, même dans ces 3 pays, la consommation de viande de baleine est en constante diminution. En Islande, moins d’1% de la population en consomme. Au Japon, la viande de baleine devient impopulaire, sa consommation étant passée de 220.000 tonnes en 1960 à à peine 5.000 tonnes de nos jours. La consommation de viande de baleine n’y est plus qu’une tradition perpétuée par une population âgée. La Norvège n’atteint plus elle non plus ses quotas fixés par le gouvernement (qui subventionne les baleiniers car il estime que la viande de baleine est bonne à la santé et bien plus riche en protéines que la viande de bœuf), en raison de l’impopularité grandissante de la consommation de cette viande.

C’est une très bonne nouvelle pour les baleines, mais également pour le climat. En effet des baleines sont de véritables pompes à carbone : Elle se nourrissent d’une grande quantité de plancton, lequel accumule du carbone dans son corps. Quand une baleine meurt et sombre au fond de l’océan, elle piège 33 tonnes de CO2 en moyenne, autant d’émissions qui ne viendront pas à s’accumuler dans l’atmosphère. À titre de comparaison, un arbre n’absorbe que 48 kg maximum de CO2 par an.

Les baleines ne sont donc plus considérées comme une espère en voie de disparition, mais comme une espèce vulnérable, à protéger. Mais les menaces restent élevées, car les baleines continuent de subir les produits chimiques toxiques, les collisions avec des bateaux, les prises dans les filets de pêche, la pollution sonore et le réchauffement climatique.

Espérons que cette tendance perdure !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s