Le point Nemo, l’endroit le plus retiré du globe


Le Point Nemo désigne le « pôle maritime d’inaccessibilité », soit le point de l’océan le plus isolé de toute terre émergée. Il se situe dans le Pacifique Sud, au beau milieu de l’océan, à équidistance entre la pointe sud de la Nouvelle-Zélande et le Cap Horn, précisément situé par 48° 52 sud et 123° 23 ouest.

Au milieu de nulle part, équivalant à environ à 34 fois la superficie de la France, sans personne à la ronde dans un rayon de 22 millions de km2 (la première terre est à 2700 km), il est coutume de dire que les humains les plus proches du point Nemo sont ceux qui habitent sur la Station Spatiale Internationale située à 400 km en orbite au dessus…

Il a été officiellement calculé en 1992 par Hervoje Lukatela, ingénieur spécialiste de la géodésie (la science qui étudie les dimensions et la forme de la Terre, ainsi que son champ de pesanteur). Et surnommé ainsi car Nemo veut dire « personne » en latin.

Emplacement du Point Nemo

C’est un passage mythique du Vendée Globe et de toutes les courses à voile autour du monde, qui renvoie à l’imaginaire des marins car il a été nommé ainsi en référence au célèbre capitaine du Nautilus dans 20 000 lieux sous les mers. Les marins en ont peur, car en cas de pépin, une équipe de sauvetage venue d’une terre avoisinante mettrait au moins de 15 jours à y accéder.

Mais c’est aussi la plus grande décharge spatiale. En raison de son éloignement de toute terre, et du fait que le lieu semble héberger peu de faune et de flore, de nombreux débris spatiaux y sont engloutis chaque année, et ce depuis 1971. La vie marine ne se serait en effet que très peu développée. L’éloignement et les courants marins trop faibles expliquerait l’absence de nutriments aquatiques, nécessaire à l’apparition d’une faune plus conséquente. On n’y trouve que quelques souches bactériennes et un peu de plancton.

Crash d’un objet spatial au point Nemo, qui finira sa course englouti dans les eaux du Pacifique

Entre 250 et 300 vestiges d’engins spatiaux se trouveraient dans ce cimetière. Le plus célèbre est la station spatiale soviétique Mir, dont les 120 tonnes ont été projetés en 2001 vers le point Nemo lors de sa désintégration, pour éviter que les débris générés par l’entrée dans l’atmosphère n’occasionnent des dommages à terre. On y trouve aussi environ 140 véhicules russes et même une fusée Space X. « Aujourd’hui, on l’utilise souvent pour les vaisseaux cargo Progress qui ravitaillent la Station spatiale internationale (ISS) », explique Stijn Lemmens, du Bureau des débris spatiaux de l’ESA (Agence spatiale européenne) à Darmstadt. Il est également prévu que ISS elle-même finisse ses jours au point Nemo, lorsqu’elle sera démantelée et quittera son orbite en 2024.

La station spatiale MIR (1986 – 2001), le plus gros objet spatial envoyé dans le cimetière du point Nemo lors de son démantèlement

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Maux&Cris dit :

    J’ignorais ce point Nemo. Merci. C’est très intéressant.
    Dire que les habitants les plus proches sont les habitants de l’ISS quand ils passent au dessus génère un léger vertige.
    Par contre, on a encore réussi à foutre nos vieilles saloperies là-bas… piètre humanité !
    Belle journée

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup pour votre message. Belle journée également !

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s