Série Licornes : Back Market


Après ByteDance, BlaBlaCar, ContentSquare et Airbnb, focus sur une start-up française qui a rejoint le club des licornes il y a un an : Back Market, place de marchés spécialisée dans le reconditionnement et la revente d’appareils électriques et électroniques, comme les téléphones portables par exemple.

La start-up est créée en 2013 par Thibaud Hug de Larauze, Vianney Vaute et Quentin Le Brouster, 3 entrepreneurs français. Leur objectif était simple : démocratiser la consommation de produits remis à neuf et lutter contre l’obsolescence programmée dans une démarche écologique. À long terme, il s’agit également de participer à la diminution de la fabrication d’appareils et de contribuer à baisser l’empreinte carbone sur la planète. Leur devise : « New is old »

Thibaud Hug de Larauze, Quentin Le Brouster et Vianney Vaute, les fondateurs de Back Market

Le modèle économique de Back Market est simple : il fonctionne comme un intermédiaire entre revendeurs et acheteurs. Les clients finaux se voient proposer des produits d’occasion reconditionnés par des reconditionneurs professionnels, des boutiques d’occasion, des cash converters ou provenant des retours des hypermarchés. Comme pour Uber ou Airbnb, un système de note est mis en place et les produits des entreprises les mieux notés sont davantage mis en avant sur le site de Back Market. Ainsi, les revendeurs sont poussés à mettre à disposition le meilleur matériel possible pour avoir une plus grande visibilité sur la plateforme.

Très vite, Back Market a le vent en poupe et s’impose rapidement comme un incontournable des produits reconditionnés (téléphones portables, mais aussi tablettes, ordinateurs portables et accessoires informatiques). La start-up fait une première levée de fonds en 2015 de 300 000 euros auprès d’investisseurs privés.

En 2017, une deuxième levée de fonds beaucoup plus conséquente de 7 millions d’euros est réalisée. À cette époque, 30 % de l’activité s’effectue en Espagne, Allemagne, Belgique, Italie et l’entreprise réalise 96 millions d’euros de chiffre d’affaires. Une troisième levée de fonds de 41 millions d’euros est réalisée en 2018.

En 2020, les confinements successifs dus à la pandémie de Covid-19 permettent à l’entreprise de doubler ses ventes par rapport à la période précédente. Back Market a en effet réagi vite pour faire face à la crise sanitaire, en mettant en place un processus en ligne qui permet de tout gérer par Internet. Grâce à cet outil, les ventes bondissent et le nombre de partenaires reconditionneurs grandit. Fin 2020, elle en revendique 1200 et opère sa quatrième levée de fonds de 110 millions d’euros.

Le 18 mai 2021, la start-up annonce une levée de fonds de 276 millions d’euros, qui la fait entrer dans la catégorie des licornes françaises. Le 10 janvier 2022, elle lève encore 450 millions d’euros auprès de Sprints Capital, Eurazeo, Aglaé Ventures, General Atlantic et Generation Investment Management.

Si elle est très populaire pour les achats de smartphones à moindres frais, Back Market a grandement diversifié ses activités et propose désormais de nombreux produits pour le foyer comme du matériel pour le télétravail, des appareils de beauté et santé, des appareils photo, des consoles de jeux vidéo, des trottinettes électriques ou encore de l’électroménager.

Aujourd’hui, Back Market regroupe des vendeurs partenaires européens (78%), asiatiques (4%), et américains (18%). L’entreprise est présente dans 16 pays : France, Allemagne, Italie, Espagne, Belgique, États-Unis, Royaume-Uni, Autriche, Pays-Bas, Japon, Portugal, Irlande, Grèce, Slovaquie et Suède. En 2022, elle compte ouvrir 6 autres pays, dont la Corée du Sud. Pour investir dans un nouveau pays, la mécanique est bien huilée : l’entreprise évalue les taux de pénétration de l’e-commerce et le nombre d’acteurs présents sur son marché. Ensuite, elle s’y installe avec l’aide de reconditionneurs ayant une force de frappe globale, avant d’aider à la constitution d’un écosystème local.

Publicité Back Market dans le métro

Si la startup, qui a mis le numérique au service de la transition écologique, a reçu les félicitations du Président de la République lors de sa dernière levée de fonds, elle mène en parallèle une fronde contre la taxe sur la copie privée sur le reconditionné, votée par le Ministère de la Culture en novembre 2021. Elle estime en effet que cette redevance sur les produits high-tech d’occasion, d’un montant allant jusqu’à 14 euros selon leur capacité de stockage, met en péril le marché du reconditionné en augmentant fortement les prix d’achat du consommateur et en rognant les marges des reconditionneurs.

Le marché de Back Market reste énorme : L’économie circulaire s’impose de plus en plus alors qu’il n’y a que 6 % de produits reconditionnés vendus actuellement en France. Back Market poursuit son développement en s’associant à de gros partenaires comme Boulanger, Bosh… et demain en proposant de nouveaux services comme la réparation de proximité.

Quelques chiffres :

  • Licorne la mieux valorisée en France avec 5,1 milliards d’euros
  • 6 millions de clients en 2021
  • 400 recrutements planifiés en 2022
  • 600 salariés
  • 4 bureaux : Paris, Bordeaux, New-York et Berlin

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s